Phase 3 de l'entretien de la végétation

Photo 1 Embâcle situé sur la RibièreA compter du mois d'octobre 2017, la troisième et dernière phase des travaux d'entretien des berges et du lit des cours d'eau du bassin versant du Drac Amont va débuter.

En continuité avec les opérations menées durant les deux automnes précédents, ces travaux ont pour objectifs de de préserver les enjeux de tout risques d’inondation via la création d’embâcles mais également de prévenir l’arrachage de certains arbres déstabilisés en berge.

Pour cette phase 3, une dizaine de sites vont être traités. Ils sont situés dans le Dévoluy, dans la vallée du Drac (Orcières / St Jean St Nicolas / St Julien en Ch. / St Bonnet en Ch.) et dans le Valgaudemar (St Maurice en V.).

Les travaux devraient durer environ 2 mois.

2ème phase de l’entretien de la végétation

3.2 entretien végétation

Secteur en amont du Plan d'eau

En 2015, la CLEDA a mené une 1ère phase de travaux d’entretien de la végétation du lit et des berges du Drac. Ces travaux ont été réalisés à l’automne sur 3 sites (secteur de Pont-du-Fossé, secteur amont du Plan d’eau du Champsaur et secteur du Motty). L’opération a consisté en l’arasement d’iscles, le dessouchage et le billonnage des bois morts. En 2016, la CLEDA va mener réaliser une 2nde phase de travaux sur un plus grand nombre de sites sur le Drac mais aussi sur la Séveraisse. L’objectif est de préserver les enjeux de tout risques d’inondation via la création d’embâcles mais également de prévenir l’arrachage de certains arbres déstabilisés en berge. Les travaux seront effectués l’automne.

Lire l'article complet

Entretien de la végétation

Il faut savoir que d’une manière générale, le bassin du Drac ne nécessite pas d’entretien de la végétation du fait de ses caractéristiques morphologiques (lit en tresses, remaniement constant et naturel du lit, …). Cependant, un entretien préventif reste nécessaire uniquement sur les secteurs à enjeux, pour éviter tout risque d’embâcles et de débordements. Ces secteurs sont essentiellement localisés en amont des ponts, ainsi que sur des affluents non entretenus et régulièrement impactés par la création d’embâcles. 

Un embâcle, est l’accumulation d’éléments solides emportés par les eaux lors d’une crue puis bloqués dans le lit d’un cours d’eau au niveau d’un resserrement du lit ou d’un pont par exemple. Cette accumulation bloque alors le passage de l’eau et peut créer des dégâts conséquents sur les infrastructures situées à proximités ou provoquer des débordements.

Un entretien régulier et préventif par abattages sélectifs au sein du boisement de berge doit par conséquent être mené.

Les travaux d'entretien consistent en :

     - l’abattage sélectif des arbres situés en berge et présentant un risque d’arrachage en cas de crue (arbres morts ou malades, penchés, instables, ...). Aucun arbre en bonne santé et stable ne sera abattu ;

     - le démembrement des embâcles situés dans le lit du cours d'eau. Ces bois seront billonnés en tronçons d'1 m et laissés sur place ;

     - l’arasement d'iscles situés dans le lit du Drac et présentant un risque d’embâcle.

 

Depuis 2015, la CLEDA réalise ces travaux sur différents points clefs du bassin versant. Ainsi, depuis 2015, 15 km de cours d'eau ont été entretenus :

A l'automne 2015, une première campagne d'entretien a été menée sur 3 sites : Pont du Fossé, entre le Pont Blanc et le Plan d'eau du Champsaur et au Motty.  En 2016, une deuxième phase de travaux a été réalisée sur 13 sites : Drac Noir, Drac, torrent du Brudour, Ancelle, torrent de Durmillouse, Séveraissette, torrent de Prentic, torrent du Séchier, Séveraisse et Ribière.

 

Entretien des cours d'eau (2010)

Sous bassin versant du Drac amont

Le Plan de Gestion et d'Entretien du lit du Drac et de ses principaux affluents a été élaboré en 2010 par le concours des bureaux d’étude « ETRM » et « Concept cours d’eau » en concertation avec les collectivités territoriales, leurs partenaires financiers et les services de l'Etat.
Ce document a permis de diagnostiquer le fonctionnement des milieux et de définir les actions d’entretien du lit des cours d’eau en considérant les divers enjeux. Les principales actions à mener sous la maitrise d’ouvrage de la CLEDA sont de deux types :

  1. Réalisation de curages d’entretien afin de restaurer un profil en long d’équilibre
  2. Réalisation de l’entretien de la végétation dans les secteurs à enjeux

L’ensemble de ces travaux d’entretien sont financés par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée, la Région PACA, le Conseil Général 05 et la CLEDA.

1. La restauration du profil en long d’équilibre par le biais de curages d’entretien

Du point de vue du transit sédimentaire, le Plan de Gestion et d’entretien établi en 2010 souligne le caractère d'urgence de certaines actions à mettre en œuvre pour restaurer un profil d'équilibre. L’objectif est de maintenir un équilibre sédimentaire tout en veillant à la protection des biens et des personnes.

Afin de mener à bien ces curages d’entretien, un outil a été mis en place : le profil en long objectif. Il s’agit d’un document indiquant régulièrement et tout le long des cours d'eau des altitudes de référence : cote maximale (niveau du lit au-dessus duquel peut être déclenché un curage préventif pour éviter des débordements) et cote minimale (niveau du lit en dessous duquel les curages ne sont plus permis).
Le niveau actuel du lit dans le bassin du Drac étant généralement bien en dessous du profil en long objectif, très peu de curages sont aujourd'hui nécessaires et ceux-ci resteront à l'avenir peu fréquents.
Le diagnostic du plan de gestion du Drac souligne que 4 secteurs sont en exhaussement par rapport au profil d’équilibre, et perturbe le bon fonctionnement sédimentaire général du bassin versant :

  • Le cône de déjection du Tourond ;
  • La confluence du torrent du Méollion avec le Drac Blanc ;
  • La confluence du torrent du Bourg et de la Séveraisse ;
  • L’aval immédiat de la passerelle de l'Oratoire sur la Séveraisse.

Il ne s’agit donc pas de traiter des dépôts temporaires de matériaux se reconstituant chaque année au-dessus de la ligne d’eau et qui nécessiterait de fréquents curages d’entretien conduisant à terme à réduire le volume de matériaux transportés. Au contraire, le principe de curage permet de restaurer le profil en long objectif, synonyme de rétablissement d’une pente d’équilibre du cours d’eau et de moindre intervention ultérieure. 

2. L’entretien de la végétation

Il faut savoir que d’une manière générale, le bassin du Drac ne nécessite pas d’entretien de la végétation du fait de ses caractéristiques morphologiques (lit en tresses, remaniement constant et naturel du lit, …). Cependant, un entretien préventif reste nécessaire uniquement sur les secteurs à enjeux, pour éviter tout risque d’embâcles et de débordements. Ces secteurs sont essentiellement localisés en amont des ponts, ainsi que sur des affluents non entretenus et régulièrement impactés par la création d’embâcles. 
Un embâcle, est l’accumulation d’éléments solides emportés par les eaux lors d’une crue puis bloqués dans le lit d’un cours d’eau au niveau d’un resserrement du lit ou d’un pont par exemple. Cette accumulation bloque alors le passage de l’eau et peut créer des dégâts conséquents sur les infrastructures situées à proximités ou provoquer des débordements.
Un entretien régulier et préventif par abattages sélectifs au sein du boisement de berge doit par conséquent être mené. Les arbres abattus seront soit en mauvais état sanitaires, soit instables, soit situés dans le lit du cours d’eau. Les bois morts situés dans le lit seront éliminés. Dans les sites fréquentés, des éclaircies ponctuelles par débroussaillages et élagages pourront être réalisées pour offrir des points de vue sur le cours d'eau. 
Le linéaire total à entretenir est de l’ordre de 16,85 km.

(cliquez sur l'image pour l'agrandir) Carte Drac

Contactez-nous

  • Adresse.
    CLEDA
    Place Waldems
    05500 Saint-Bonnet en Champsaur

    Tél. 04 92 24 02 05
    Fax 09 82 63 68 93
  • Mail.
    Pour nous contacter par mail cliquez ici.

DMC Firewall is a Joomla Security extension!