La ripisylve

La ripisylve est la formation naturelle végétale qui borde un cours d’eau. Elle assure de nombreux rôles.

  • Protection naturelle des terres riveraines en diminuant la force du courant et en stabilisant les sols grâce au système racinaire des végétaux.
  • Régulation des crues par dissipation de l’énergie des courants.
  • Echanges entre les sytèmes aquatiques, terrestres et aériens.
  • Régulation de la température par ombrage.
  • Epurations des eaux par le système racinaire et fixation des sédiments.
  • Apport de matière organique nécessaire à l’alimentation de nombreux animaux
  • Diversification des habitats piscicoles.
  • Barrage à l’érosion agricole et éliminations des nitrates.

La ripisylve

 

Passe à poissons

Principe de passe à poisson naturelle à macro-rugosité

L’énergie du courant est réduite par des blocs répartis régulièrement sur un fond rugueux. La rugosité de fond permet de diminuer les vitesses d’écoulement et chaque bloc génère ainsi un sillage dans lequel le courant est plus faible ce qui offre un zone de repos pour le poisson et ainsi facilite le franchissement.

Les Adoux

Véritables réservoirs biologiques, les adoux sont essentiels au bon fonctionnement du Drac. 

Il s’agit de ruisseaux issus de la nappe souterraine qui s’écoulent sur le côté du cours d’eau principal. 

Ils peuvent longer ainsi le Drac sur plusieurs kilomètres avant de le rejoindre.

Ces petits cours d’eau se caractérisent par une température et un débit relativement constants toute l’année et permettent de ce fait aux poissons de trouver refuge lors des épisodes de crue ou des étiages sévères du Drac. 

Ils constituent un milieu propice pour la reproduction des poissons et le développement des alevins. De plus, ils peuvent apporter un débit significatif au Drac lorsque le niveau d’eau de ce dernier est faible.

Les adoux sont des milieux protégés au niveau national puisqu’ils jouent le rôle d’habitat propice à de nombreuses espèces sensibles.

En s’enfonçant dans la couche d’argile le Drac se déconnecte des adoux en créant une marche infranchissable pour la faune aquatique. L’opération de recharge sédimentaire va permettre de reconnecter les adoux au Drac.

Confluence entre l’adoux des Foulons et le Drac en crue à Pont du Fossé.

Confluence entre l’adoux des Foulons  et le Drac en crue à Pont du Fossé.

Préservation de la biodiversité

Une problématique au cœur des projets

Poissons

Truite FarioIl n’y a actuellement quasiment plus de vie piscicole sur cette portion du Drac. 

Le projet de restauration permettra à terme le retour des espèces présentent habituellement dans le Drac en recréant des conditions favorables à leur présence :

Créer des passes à poissons ;

Reconnecter le Drac et ses affluents. L’enfoncement du Drac a engendré une différence de niveau entre son lit et les cours d’eau latéraux créant ainsi des hauteurs infranchissables par les poissons;

  • Reconstituer une ripisylve capable d’offrir habitat et nourriture
  • Réduire le courant en élargissant le lit.

L’enjeu écologique est fort, en particulier pour les Truites Fario, les Chabots et les Bageons.

Bergeronette des ruisseauxOiseaux

Plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux est potentiellement présente sur les berges du Drac. Celles qui nichent près de la rive sont plus fortement impactées par la dégradation progressive du Drac et de sa ripisylve. C’est le cas par exemple du Cincle Plongeur et de la Bergeronnette des ruisseaux qui vivent à fleur d’eau. 

Le dépérissement de la ripisylve et l’effondrement des berges entraînent une dégradation de leurs conditions de vie.

Faune

Les autres espèces sont peu touchées par la situation actuelle du Drac, mais devraient trouver dans une ripisylve reconstituée des conditions favorables à leur présence.

Typha MinimaFlore

Plusieurs espèces florales sont impactées par la dégradation du lit du Drac. 

Parmi elles se trouvent deux espèces protégées : le Pavot Douteux (Papaver Dubium) et la Petite Massette (Typha Minima).

Cette dernière n’est présente qu’à un endroit du bassin du Drac et son habitat est condamné à disparaître si les travaux de restauration ne sont pas réalisés.

Dans le cadre des travaux de restauration du Drac, un programme visant à sa protection a été mis en place afin de la réintroduire dans un milieu adapté. Dans un premier temps des graines seront récoltées sur place puis mises en germination. Les jeunes plans seront ensuite cultivés au niveau du Plan d’eau du Champsaur. Enfin, lorsque les conditions seront devenues favorables, la Petite Massette sera réimplantée à son emplacement actuel.

Contactez-nous

  • Adresse.
    CLEDA
    Place Waldems
    05500 Saint-Bonnet en Champsaur

    Tél. 04 92 24 02 05
    Fax 09 82 63 68 93
  • Mail.
    Pour nous contacter par mail cliquez ici.

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd