Réseau de suivi hydrométrique (2016)

Station hydrométrique du pont de Corbiere

Station hydrométrique du pont de Corbière

Depuis 2007,  la CLEDA dispose d’un réseau de mesure hydrométrique dans le but d’assurer un suivi précis et journalier de l’hydrologie du Drac et des nappes souterraines situées aux Ricous et au niveau de la Plaine de Chabottes. L’ensemble de ces mesures et le traitement de ces données permet au fil des années de consolider et d’enrichir la connaissance hydrologique du Haut Drac. Primordiale pour un certain nombre d’applications en matière de gestion de l’eau (études notamment), ce réseau de stations fait l'objet d'une opération de modernisation et d'extension (2015/2016). 

Le réseau de mesure CLEDA est constitué des éléments suivants :

- 4 stations  « radars limnimétriques »

Ces stations permettent de mesurer toutes les heures les hauteurs d’eau du Drac. Elles sont situées aux Tourengs (Drac Noir), au Pont de Corbière (Drac Blanc), au Pont des Ricous (Drac) et au Pont de Chabottes (Drac). Couplées à la réalisation de fréquents jaugeages, les hauteurs d’eau sont ensuite transcrites en débit. 

- 7 stations « piézométriques » 

Les piézomètres permettent d’enregistrer 6 fois par jour les niveaux de la nappe alluviale du Drac. Ils sont situés au-dessus de la Nappe alluviale des Ricous et celle de Chabottes. Le premier piézomètre est situé non loin du Pont de Corbière et celui le plus à l’aval est à la sortie de Chabottes au lieu-dit « les Auberts ». La mise en parallèle des données collectées par les radars limnimétriques et des données issues des piézomètres permet de comprendre le fonctionnement et les relations existantes entre le Drac et sa nappe alluviale. 

- 6 stations « comptage » 

Ces compteurs sont mis en service en période d’irrigation. Ils enregistrent toutes les 15 minutes les prélèvements d’eau réalisés pour satisfaire les besoins de l’irrigation. Ces comptages permettent de connaître les prélèvements réalisés par les ASA du Champsaur sur la nappe du Drac (pompage en nappe des Ricous) et sur le canal de Gap. Ils sont situés aux Ricous (2 compteurs), à St-Léger-les-Mélèzes, Chabottes (2 compteurs) et à St-Laurent-du-Cros.

 Opération de modernisation et d'extension du réseau menée en 2015 et 2016

En 2015, la CLEDA a confié à l'entreprise DSA SARL la réalisation d'une opération de modernisation et de développement de ce réseau. L'opération est consiste en la réalisation des 4 missions suivantes :

1. Moderniser les 4 radars limnimétriques existants :

Les anciens coffrets ont été remplacés par des coffrets autonomes en énergie. Les acquisiteurs de données sont plus performants télétransmettent à la demande.

Ce développement technologique permet d'optimiser toute la chaine de collecte et de traitement de la donnée.

2. Implanter 2 nouveaux radars limnimétriques :

Une nouvelle station a été implantée en juillet 2015 sur le torrent de Buissard et une seconde sera très prochainement installée au niveau du Pont de Frappe sur le torrent d'Ancelle.

Ces deux cours d’eau ont été identifiés comme étant en déséquilibre quantitatif dans l’Étude de Détermination des Volumes Prélevables (SAFEGE - 2011) et étaient jusqu'alors dépourvus d’équipements de mesure.

3. Remplacer les 6 stations comptage :

Il s'agit de mettre en place de nouveaux boitiers d'acquisition plus performants afin d'optimiser les données et faciliter leur récupération.

4. Mettre à niveau le système de supervision et d'exploitation des données :

Ce système est utilisé quotidiennement pas la CLEDA. La mise en place d'une plate-forme de travail plus moderne et intuitive apporte plus d'outils aux chargés de mission afin de travailler sur l'ensemble des données acquises.

 

Cette opération à débuté durant l’été 2015 et s'achèvera en fin d'année 2016.

Détermination des volumes d'eau prélevables (2013)

Sous bassin versant du Drac amont

Le bassin versant du Drac amont a été désigné comme étant en déséquilibre quantitatif dans le SDAGE 2010-2015 (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’eau). Cette situation résulte d’une inadéquation entre la disponibilité de la ressource en eau et les besoins des différents usages sur le bassin versant. Ainsi tous les usages de l’eau ne sont pas correctement desservis. Le retour à l’équilibre, nécessaire au bon état des milieux aquatiques, passe par l’amélioration de la gestion quantitative de l’eau sur le bassin versant du Drac amont.
C’est dans ce contexte qu’une étude a été confiée en août 2010 par la CLEDA (Maitre d’ouvrage) au Bureau d’étude SAFEGE. Le suivi de cette étude a été assuré par plusieurs comités regroupant la CLEDA, les services de l’Etat, les représentants des collectivités et ceux des usagers du bassin versant.

L’objectif de cette étude était de déterminer les volumes prélevables afin de satisfaire les besoins du milieu naturel ainsi que les différents usages au moins 8 années sur 10 et retrouver ainsi un équilibre entre la demande et la ressource disponible afin d’éviter le recours à la gestion de crise.
L’étude s’est décomposée en 7 phases :

  1. Recueil des données et caractérisation du bassin versant ;
  2. Bilan des prélèvements existants et analyse de l’évolution ;
  3. Impact des prélèvements et quantification des ressources existantes ;
  4. Identification des ressources stratégiques pour l’eau potable ;
  5. Détermination des débits biologiques ;
  6. Détermination des volumes prélevables et des débits objectifs d’étiage ;
  7. Gestion des étiages et propositions de répartition des volumes ;

L’étude des volumes prélevables a permis d’identifier les prélèvements sur le bassin versant du Drac amont et de les comparer aux données hydrologiques, afin de déterminer la corrélation entre la ressource disponible et les besoins.
Ainsi, si le SDAGE 2010-2015 désigne globalement le sous bassin versant du Drac Amont comme en déséquilibre quantitatif sur lequel des actions de résorption du déséquilibre quantitatif sont nécessaires pour l'atteinte du bon état, il s'avère que le bassin versant pourrait en fait être découpé schématiquement en deux zones hydrographiques :

  • un secteur amont, depuis les sources des deux Drac jusqu'aux confluences avec les torrents de Buissard et d'Ancelle inclus : il s’agit d’une zone fortement contrainte par les prélèvements et en déséquilibre quantitatif incontestable.
  • un secteur à l'aval de ces confluences jusqu'au Sautet : il s’agit d’une zone sans déséquilibre confirmé majeur entre la ressource, les besoins des milieux aquatiques et les prélèvements et qui peut donc être considérée comme équilibrée, à l'exception de la partie amont de la Séveraissette.

Cette étude a été financée par l’Union Européenne et l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée.
Suite de la détermination des volumes prélevables, et dans le but d’atteindre un équilibre quantitatif de la ressource en eau, la CLEDA va mettre en place un schéma d’économie et de gestion de la ressource en eau.

Contactez-nous

  • Adresse.
    CLEDA
    Place Waldems
    05500 Saint-Bonnet en Champsaur

    Tél. 04 92 24 02 05
    Fax 09 82 63 68 93
  • Mail.
    Pour nous contacter par mail cliquez ici.

DMC Firewall is a Joomla Security extension!