Catégories
Milieu naturel

Les Adoux ou annexes hydrauliques

Véritables réservoirs biologiques, les annexes hydrauliques ou adoux sont essentiels au bon fonctionnement du Drac. 

Les adoux sont des résurgences issues de la nappe souterraine qui s’écoulent sur le côté du cours d’eau principal. Ils peuvent longer ainsi le cours d’eau principal sur plusieurs kilomètres avant de le rejoindre. Sur le bassin versant du Drac amont, le Drac et la Séveraisse disposent d’un réseau d’adoux.

Ces petits cours d’eau présentent des caractéristiques physiques (débit, température et turbidité) qui ne varient pas au cours de l’année.

Adoux de l’Oratoire (Commune de La-Chapelle-en-Valgaudemar)

La confluence entre l’adoux des Foulons et le Drac lors de la crue d’octobre 2006 (Commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas)

Les adoux sont des espaces particulièrement sensibles.

Ils jouent plusieurs rôles essentiels dans le bon fonctionnement du Drac et pour les populations piscicoles :

  • Ils peuvent apporter un débit significatif au cours d’eau principal lorsque le niveau d’eau de ce dernier est faible en période d’étiage ;
  • Ils constituent un milieu propice pour la reproduction des poissons et le développement des alevins qui peuvent rejoindre le cours d’eau principal lorsqu’ils sont arrivés à maturité ; 
  • Ils jouent le rôle de refuge pour les poissons lors des épisodes de crues dans le cours d’eau principal.

Les adoux sont des milieux protégés au niveau national puisqu’ils jouent le rôle d’habitat propice à de nombreuses espèces sensibles.

Amont de l’adoux des Foulons en eau et en assec lors de la sécheresse 2017 (Commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas)

Les adoux sont de bons indicateurs du bon état des masses d’eau souterraines du Drac. Lors d’épisodes de sécheresse très marqués, ils peuvent s’assécher. En 2017, le bassin versant a subit un épisode de sécheresse particulièrement important. L’été a été très sec mais l’automne contrairement aux années précédentes n’a enregistré aucune précipitation. Avec l’arrivée de l’hiver, les précipitations sont tombées sous forme neigeuses ce qui n’a pas permis de reconstitué les stocks d’eau en surface et dans les nappes. Ainsi, sur les adoux, on a pu observer de forts assecs sur des linéaires très importants.